Quand la com puise dans la pop culture US

 Le 6 juin 1944, les Américains débarquent en Normandie. Les plages du Calvados et du Cotentin sont envahies par des chars et des soldats, les GIs. Les prémisses de « l’american way of live » -ou devrais-je plutôt dire « le mode de vie américain »– se font sentir. En effet la culture Américaine s’est exportée à travers les rations des GIs. Les cigarettes Philip Morris, les chewing-gums Wrigley’s, les tablettes de chocolat et quelques dosettes de Nescafé sont les pionniers de ce phénomène. Les Américains, érigés en tant que sauveur, ne vont pas avoir de mal à exporter leur culture. God bless America ?

N’en déplaise à notre cher Général De Gaulle, la culture américaine, que dis-je, l’hégémonie américaine s’est imposée à la France et à fortiori au monde excluant bien sûr quelques irréductibles pays réfractaires. Monsieur De Gaulle, gaulois dans l’âme, affirma que : «  l’Europe Occidentale est devenue, sans même s’en apercevoir, un protectorat des Américains. Il s’agit maintenant de nous débarrasser de leur domination. Mais la difficulté, dans ce cas, c’est que les colonisés ne cherchent pas vraiment à s’émanciper. Les vues du Pentagone sur la stratégie planétaire, les vues du business américain sur l’économie mondiale nous sont imposées. Bien des européens y sont favorables. »

Malgré sa volonté d’indépendance vis-à-vis des Etats-Unis, la culture américaine a su s’ériger en position dominante pendant les Trente Glorieuses. En effet, la culture de masse, très développée aux Etats-Unis, s’est exportée en Europe grâce aux médias ainsi qu’à une industrie tournée vers l’international. Porter un jeans Levis avec un T-shirt et manger à Mc Donald’s tout en utilisant son IPhone. C’est grave docteur ? De fait, les ménages Français ont participé au processus d’américanisation en voulant atteindre certaines normes et valeurs établies par le model culturel américain. Cette culture s’est implantée grâce aux séries télévisées et au cinéma par l’intermédiaire d’Hollywood. La première série à avoir diffusé cette culture en France en 1966 n’est autre que Ma sorcière bien aimée. Depuis, ce phénomène ne s’est qu’accru. Il faut être réaliste, la plupart des séries françaises ne rivalisent pas avec la grosse artillerie américaine : House of cards, Game of thrones, Breaking bad, Dexter, Desperate housewifes… et j’en passe. Attention n’allez pas croire que toutes les séries françaises ne sont pas de bonnes qualitées mais l’engouement, les moyens misent en place et la façon de produire ne sont pas les mêmes. Différence de culture en somme. Preuve à l’appui pour les réfractaires, le compte twitter chargé de la communication du gouvernement français (SIG) a diffusé quatre visuels inspirés de House of cards pour surfer sur cette série à succès et ainsi promouvoir ses lois. Le but étant bien évidemment de cibler les jeunes.

Par exemple lorsque que Canal+ publie sur twitter «Maintenant qu’il est président, les journalistes n’ont qu’à bien se tenir», le gouvernement français répond : «Frank n’en a pas fini avec la presse libre» car, en France, «en 2015, le Parlement a voté des dispositifs qui encouragent le financement des entreprises de presse par des particuliers». De plus le gouvernement a fait de même avec la série-culte Game of thrones en publiant un parchemin de 6 mesures politiques reprenant le champ lexical et l’iconographie de cette série.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s